Author Archives: Le rédacteur

  • 0

10 et 11 février : deux journées de travail à Bonn

Catégories :presse

LaREM 93 est jumelée depuis octobre 2017 avec les comités d’Allemagne.

A cet égard, ils assistent à nos réunions et nos actions et vice versa. Ici, le référent a participé aux deux journées de travail à Bonn rassemblant tous les comités d’Autriche et d’Allemagne le 10 et 11 février pour réfléchir sur la structuration du mouvement et sur les enjeux européens.


  • 0

Lors de sa visite à Clichy Sous Bois, le Président était accompagne de Julien de Normandie

Catégories :presse

Lors de sa visite à Clichy Sous Bois,le Président était accompagne de Julien de Normandie qui a pris le temps de discuter avec nous sur la politique du Logement. Le secrétaire d’État connaît bien les problématiques du logement en Seine-Saint-Denis et mène une politique qui bénéficiera au plus grand nombre.


  • 0

Grande Marche pour l’Europe

Catégories :Actualités

 

Samedi 7 avril nous lançons la Grande Marche pour l’Europe en Seine-Saint-Denis et partout en France !
Nous avions reporté ce lancement pour exprimer notre solidarité avec les victimes de l’attentat dans l’Aude.

Retour au terrain pour écouter nos concitoyens sur les enjeux de l’Union européenne. Du 7 avril au 9 mai nous serons dans toutes les communes du 93 et nous ferons des centaines de porte-à-porte.

Nous prenons ce temps parce que notre conviction est que l’Europe ne peut se faire sans les citoyens. L’Europe s’est trop faite sans eux. Il faut désormais les remettre au centre du jeu. C’est donc avec bonheur, enthousiasme et esprit d’écoute que nous irons à votre rencontre. Vous pouvez aussi être actifs dans cette belle aventure qui commence pour refonder l’Europe en adhérent à LaREM et en rejoignant un de nos 80 comités.

La Seine-Saint-Denis doit se mobiliser car l’Europe n’est pas le problème mais au contraire une partie de la solution de nos difficultés et une chance pour réaliser nos projets. L’Europe est ce que nous en ferons !


  • 0

Le ministre Jean-Michel Blanquer aux vœux de LAREM 93

Catégories :Actualités , Education

Discours¹ prononcé par Alexandre Aïdara, référent LaREM de Sein-Saint-Denis, aux vœux de LaREM93, dont l’invité d’honneur était Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation Nationale.

Bobigny, le 12 janvier 2018

Monsieur le ministre,

Madame la députée, monsieur le député, chère Sylvie, cher Stéphane,

Mesdames et messieurs les maires adjoints,

Mesdames et messieurs les conseillers municipaux,

Monsieur le représentant de la FCPE de Seine-Saint-Denis, cher Rodrigo,

Monsieur le président de la chambre des métiers et de l’artisanat, cher Patrick,

Mesdames et messieurs les animateurs locaux et thématiques, membre de l’équipe départementale Chers amis marcheuses et marcheurs et chers invités ;

 

L’année 2018 commence très bien avec la présence du ministre de l’éducation nationale parmi nous, C’est un très grand honneur pour nous Monsieur le ministre que vous ayez accepté notre invitation, Je tiens aussi à remercier votre cabinet qui a réussi à trouver ce moment dans votre agenda de ministre le plus demandé en France ;

Votre présence nous est très précieuse et ici vous avez en grande majorité des marcheuses et des marcheurs qui sont heureux et fiers de vous accueillir.

Depuis que j’ai en charge l’animation de ce collectif citoyen, j’ai été frappé par ce qui constitue la spécificité de nombreux marcheurs du 93 mais aussi de nombreux citoyens vivant dans notre département :

Ici monsieur le ministre, l’éducation reste une conquête et chacune et chacun a dû souvent se battre pour réussir et gravir des montagnes qui lui semblaient interdites tant le déterminisme social pèse encore sur les parcours scolaires ;

Votre propre serviteur a réussi les grandes écoles mais avec beaucoup d’efforts et je dois dire que ma chance est d’avoir été dans une très bonne école primaire et d’être né entouré de livres de Molière, Corneille, Barjavel, Hugo, Zola, Baudelaire, Modiano

Je regardais ces livres avec révérence quand j’étais enfant comme des objets magiques qui renferment un pouvoir mystérieux …

Mais mes parents m’avaient bien fait comprendre que les livres symbolisaient le savoir et que le savoir est sacré !

Mais je vous rassure, au début je me suis d’abord jeté sur les bandes dessinées de Marvel et le club des cinq. J’ai compris plus tard que ce qui compte c’est l’acte de lire car si on prend ce chemin là l’on ne s’égare que rarement et plus tard on finit par lire de bons livres et par s’ouvrir à un monde infini !

Au demeurant, cette école n’est pas dans le 93, ni à Paris, ni dans nos belles provinces ; elle est située dans une petite ville du pays de Senghor, elle s’appelle l’école Artillerie car ses immenses bâtisses étaient un camp des artilleurs Français au temps où mon pays de naissance (le Sénégal) faisait partie de l’Afrique occidentale française ;

Mais il y avait de bons instituteurs dans les années 70 et l’éducation y était stricte et calquée sur les programmes français avec une discipline de fer ;

Je vous fais toutefois un aveu : je n’ai pas lu tous ces auteurs en totalité mais je m’y plonge quand je peux et comme beaucoup ma bibliothèque se remplit en attendant la retraite !

(Non prononcé : « j’ai toutefois lu tout Modiano et je n’avais aucun doute qu’il serait un jour prix Nobel de Littérature ! »)

J’ai fait des dizaines de porte-à-porte et en voyant parfois des enfants en déshérence dans des immeubles impersonnels, dont les parents semblent perdus j’ai pensé à chaque fois : il faut se battre pour que ces enfants aient au moins les mêmes chances que moi car ce qui a compté pour moi c’est une prise de conscience précoce de l’importance de l’éducation,

Preuve aussi que l’éducation n’est certainement pas qu’une question de moyens comme vous le dites souvent ; c’est un écosystème complexe et tous les acteurs du système sont responsables de la bonne marche de l’école de la République ;

Aux enseignants d’éduquer mais aussi d’inspirer, de développer les talents et les capacités ;

Aux parents de mettre un cadre et d’encourager ; encore faut-il éduquer les parents qui n’ont pas les outils nécessaires pour guider leurs enfants.

Et je sais que cela vous tient à cœur ;

Tout cela pour vous dire monsieur le ministre que tous les jours je regarde les enfants de Seine- Saint-Denis et je leur souhaite d’apprendre à bien lire, écrire et savoir compter et plus tard d’avoir lu de bons livres pour que leur esprit s’émancipe !

Qu’il s’émancipe des dogmes,

Qu’il s’émancipe des croyances ténébreuses,

Qu’il s’émancipe des théories du complot qui reviennent actuellement avec force,

Qu’il s’émancipe des préjugés de toutes sortes,

Qu’il s’émancipe de la tentation de la violence,

Mais surtout je veux qu’ils acquièrent la force la plus puissante qui puisse les porter vers la liberté, la réussite et la réalisation de soi :

Être capable de penser par eux-mêmes et consommer sans mesure de l’intelligence critique.

Nelson Mandela dit que « l’éducation est l’arme la plus puissance pour changer le monde »

Je dis avec lui que l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer la Seine-Saint-Denis !

Je ne vous ferais certainement pas le portrait éducatif de ce département : vous le connaissez mieux que quiconque ici puisque vous avez été recteur de l’académie de Créteil,

Vous en connaissez les difficultés,

Vous en connaissez aussi le potentiel et l’espoir que tous ici nous plaçons dans le système qui je l’espère maintenant va se redresser avec toutes les transformations que vous portez.

Je vous passerai simplement 3 messages, construits en concertation avec mes amis ici présents

Le premier message :

Nous voulons qu’aucun enfant ne soit laissé au bord du chemin, que tout soit fait pour qu’un enfant qui va à l’école ici ne soit pas en échec du fait de sa situation sociale ou du fonctionnement de son établissement ou du non remplacement des professeurs absents ;

je ne veux pas que nos enfants tombent en ratant leur départ vers l’éveil de leur conscience, vers la vie ;

Jules FERRY assignait à l’École la mission de « faire disparaître la dernière, la plus redoutable des inégalités qui viennent de la naissance, l’inégalité d’éducation ».

Et dans ce département, rater son éducation c’est aussi rater la chance d’être pleinement citoyen Français et accepter d’être relégué car l’assignation à résidence n’est pas seulement territoriale, elle s’installe d’abord dans les esprits et mène vers la spirale du découragement et du manque d’estime de soi.

C’est peut-être ainsi que nait d’ailleurs le cycle de la violence quand on n’a pas les mots et l’esprit critique parce qu’on s’est laissé glisser vers l’échec,

En particulier moi je le dis sans ambages, je veux que les enfants qui grandissent ici

Qu’ils soient d’origine malienne, algérienne, marocaine, comorienne, ivoirienne et quelle que soit leurs croyances ou leur religion,

Puissent se dire un jour qu’ils sont surtout et avant tout Français,

Qu’ils vont s’inscrire dans l’histoire de France,

Qu’ils vont écrire les nouvelles pages de cette histoire,

Que si toutes les portes ne leur sont pas encore ouvertes et s’il y a encore des plafonds de verre c’est à eux de les faire éclater pour trouver leur place, par le savoir et par le travail,

Qu’ils puissent se dire

Que la laïcité n’est pas une contrainte qu’on leur oppose mais la condition de leur liberté et qu’ils ont intérêt à la défendre,

Qu’ils doivent fuir l’égarement terrible qui consiste à croire que les intégrismes de toute sorte peuvent leur donner une identité ou une espérance nouvelle.

Non : leur place est dans la République mais qu’on leur donne, nous tous, ce désir de s’approprier la France, et cette belle mission c’est celle de l’éducation nationale.

Oui aucun enfant ne doit subir la malchance de rater son rendez-vous avec la République.

Le deuxième message est le suivant monsieur le ministre,

Nous voulons l’excellence ! Oui nous voulons l’excellence !

Rien n’est plus injuste que de se dire que naître dans le 93 peut vous priver des parcours d’excellence qu’offre notre système si complexe et si opaque à celles et ceux qui n’ont pas la chance d’avoir dans leur entourage le capital scolaire pour le décrypter et choisir les orientations les plus prometteuses ;

La démographie de ce département fait qu’il y a nécessairement (statistiquement) ici des graines de Mozart, de Steve Jobs, d’Einstein et peut être même des futurs Emmanuel Macron et des futurs ministres de l’éducation comme vous !

Il faut que les voies d’excellence s’ouvrent maintenant largement et accueillent nos jeunes les plus prometteurs mais je n’oublie jamais la responsabilité individuelle : car c’est à eux aussi de ne pas s’autocensurer et de trouver leur place à force de volonté ;

Il y va de la prospérité de notre pays car l’éducation est notre ressource la plus précieuse et se priver de ces talents c’est en priver toute la collectivité.

Mon troisième message monsieur le ministre s’inscrit dans la marche de l’histoire et relève plus d’une interrogation que d’un vœu.

La difficulté de la mission de l’éducation nationale vient en partie des impératifs qui lui sont assignés à savoir pour le résumer ainsi de partir du passé, de faire comprendre le présent et de préparer les enfants à envisager l’avenir avec ses promesses et ses défis

et jamais sans doute, dans l’histoire de l’humanité nous n’avons été confronté à ce moment particulier que nous vivons où nous savons que nous sommes dans un carrefour qui peut mener à l’essor de nos civilisations ou à leur complète extinction ;

Pour ce qui est de l’héritage à transmettre et du présent, je vais reprendre et détourner un peu 3 des 4 fameuses questions d’Emmanuel Kant : que puis-je savoir ? que dois-je faire ? que m’est-il permis d’espérer ? (Qu’est-ce que l’homme ?)

Que puis-je savoir ? L’école transmet le savoir : c’est sa mission d’instruire et de transmission des socles essentiels.

Que dois-je faire ? L’école doit enseigner les règles collectives et la morale civique : c’est l’éducation au devoir pour pouvoir vivre en collectivité et prendre sa place dans sa société qui est nécessairement construite autour de règles et de principes communs.

Que m’est-il permis d’espérer ? Si l’éducation ne répond pas à cette question qui relève de la croyance, elle enseigne la laïcité qui permet aux croyances de s’épanouir dans le respect des lois et des principes républicains.

Monsieur le ministre, chers amis

Un des personnages les plus fascinants de notre histoire est un mathématicien et un homme politique Français ;

On pourrait penser à Cédric Villani qui est un ami que nous aimons beaucoup ici et qui a passé l’année dernière une longue soirée avec les marcheurs à débattre avec nous sur l’éducation, un des temps forts de notre campagne présidentielle ;

Il s’agit en fait de Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat.

Plus connu sous le nom de Condorcet.

Pourquoi est-il admirable ? Parce qu’au 18ème siècle la doxa était de considérer que L’esclavage était normal,

Que les femmes étaient inférieures aux hommes,

L’antisémitisme était répandu,

La peine de mort était considérée comme une évidence nécessaire pour rendre justice

Et contre toutes les évidences de son temps il a eu le génie rare de s’affranchir de tout cela pour dire :

Non à l’esclavage,

Non à la peine de mort,

Non à l’antisémitisme

Il a écrit et s’est battu,

Pour l’égalité entre les femmes et les hommes,

Et même pour l’égalité tout court qui pour lui s’incarnait d’abord dans l’éducation.

Il écrivait ceci « il faut augmenter la masse des lumières utiles dans la société ». Car disait-il :

« Plus les hommes sont disposés par éducation à raisonner juste, à saisir les vérités qu’on leur présente, à rejeter les erreurs dont on veut les rendre victimes, plus aussi une nation qui verrait ainsi les lumières s’accroître de plus en plus, et se répandre sur un plus grand nombre d’individus, doit espérer d’obtenir et de conserver de bonnes lois, une administration sage et une constitution vraiment libre. »

Seulement tout cela n’épuise plus le champ des questionnements et des missions confiées à l’éducation nationale ?

En effet se pose aujourd’hui un défi immense : quelle école du 21ème siècle voulons nous construire car assurément on n’éduque plus un enfant du 21ème siècle comme nous le fûmes nous au siècle dernier quand par exemple le numérique se limitait au Minitel et le réchauffement climatique n’était qu’un débat balbutiant porté par quelques lanceurs d’alerte que l’on écoutait avec scepticisme ;

Et en posant cette question je pose aussi la question de la formation des enseignants : c’est une des clés du système et ici en Seine-Saint-Denis, c’est essentiel de rattraper les difficultés spécifiques que nous vivons par la présence des enseignants les plus talentueux et qui acceptent de rester durablement dans leur établissement.

Naturellement se pose aussi la question : comment former ces enseignants pour préparer les élèves à être acteur de ce siècle nouveau ?

Voilà monsieur le ministre je vous pose donc en passant une question du bac : quelle école pour que nos enfants soient prêts à être propulsés vers les immenses défis du 21ème siècle ?

Je ne doute pas que vous aurez une excellente note à cette dissertation … même s’il faudrait attendre les années 2050 pour connaître cette note car c’est seulement a posteriori que nous pourrions savoir que nous avions pris le bon chemin !

Dans ce chemin vers la liberté, l’égalité et l’excellence vous allez croiser l’Europe !

Il faut une « éducation européenne » à tous les niveaux pour reprendre un titre de Romain Gary ; que l’Europe ne soit pas une entité désincarnée mais un univers familier dès l’enfance ;

c’est ainsi que l’on fera émerger une conscience européenne ;

c’est ainsi que l’on fera naître une vraie citoyenneté européenne par la connaissance et par la mobilité ;

Nous voulons qu’en Marche porte le flambeau d’un nouvel humanisme européen,

une nouvelle renaissance de ce beau projet de civilisation qu’est l’Europe, qui ne peut être réussi que si on le construit par le savoir, par l’humain et par l’échange.

J’ai tenu à inviter mon homologue qui est référente d’Allemagne et d’Autriche car nous avons lancé un jumelage entre nos 8000 marcheurs et ceux de la Rhénanie puis désormais nous l’avons étendu à toute l’Allemagne ;

Pourquoi ? Parce que nous avons considéré que des grandes différences entre nos deux territoires naîtront forcément des idées, des novations, des initiatives originales.

Nous préparons un beau projet pour aller tous ensemble à Bruxelles visiter les institutions européennes et rencontrer les acteurs européens et nous réfléchissons aux modalités pour que des enfants et leurs parents viennent avec nous pour qu’ils mettent une réalité sur un sujet qui suscite souvent plus de fantasmes négatifs que de réalité.

Je tiens aussi à vous dire que nous sommes nombreux ici à vous admirer.

Car vous pensez juste, vous agissez bien et vous allez jusqu’au bout de ce qu’il faut faire pour sortir des idéologies et des débats stériles ; je salue notamment cette belle idée d’utiliser enfin les neurosciences pour rendre plus efficace les apprentissages.

Nous savons et surtout nous voyons à travers votre action que seul vous importe l’efficacité de notre système scolaire et la réussite de nos enfants,

C’est pourquoi nous vous faisons confiance pour nous aider à la réussite de tous nos jeunes qui sont un gisement de richesses pour le pays.

Chers amis marcheuses et marcheurs et vous tous chers invités,

Je vous souhaite une belle année 2018, pleine de bonheur et de réussite,

Que LAREM 93 continue d’être un mouvement fort, ouvert, citoyen, novateur, amical et uni,

Je nous souhaite tous de garder le feu sacré et l’esprit de conquête qui nous ont fait accomplir l’année dernière l’exploit démocratique de 2017,

Monsieur le ministre,

Au nom de toutes les marcheuses et tous marcheurs de la Seine-Saint-Denis,

Je vous souhaite de battre deux records de longévité :

A moins que je ne me trompe, aucun ministre de l’éducation nationale ne l’est resté pendant tout un mandat depuis1958 ;

Hé bien je vous souhaite et nous souhaite tous que vous restiez notre ministre de l’éducation nationale pendant tout le quinquennat pour réussir la transformation de notre système d’éducation nationale ;

Le second record :

C’est l’on puisse vous communiquer en 2050 la note évaluant votre action de transformation et je sais qu’elle sera bonne,

Je vous souhaite donc une santé de fer car il vous faudra d’après mes calculs vivre longtemps et dépasser les 86 ans en étant en très bonne forme ;

Enfin, au nom de tous, je vous souhaite pour tout de suite, pour 2018,

tout en manœuvrant pour le mener à bon port cet immense paquebot chargé d’espoir et plein de talents et de bonne volonté qu’est l’éducation nationale,

de vivre de nombreux moments de joie et de bonheur avec ceux qui vous sont chers.

Je vous remercie.

Version pdf

 

 


1 Toute reproduction sans l’accord de l’auteur est interdite


  • 0

Bilan de 6 mois de réformes : Le 93 sort gagnant !

Catégories :Actualités

Bilan Macron 2017 : le 93 bénéficie pleinement des réformes réalisées en 6 mois !

« Je veux que le visage de nos quartiers ait changé à la fin de ce quinquennat ! non pas parce qu’on aura atteint tel ou tel chiffre, mais parce qu’on aura changé la méthode collective, parce qu’on aura redonné de l’énergie à des femmes et des hommes que vous êtes, qui se battent depuis des décennies sur le terrain, (…) parce que le cœur du défi de civilisation qui est le nôtre, le cœur de la bataille que nous conduisons pour notre République se joue là, dans les quartiers, dans les villes. »

Emmanuel Macron, Discours du 13 novembre sur la politique de la Ville

Pendant la campagne de 2017, nous avons rencontré des dizaines de milliers de citoyens de Seine-Saint-Denis. Nous avions martelé que les quartiers populaires étaient une priorité du candidat.

Devenu Président, Emmanuel Macron a tenu ses promesses.

Jugez-en !

Plus de pouvoir d’achat

  • Suppression de la Taxe d’habitation pour plus de 80% des habitants : 30% dès 2018. Chaque euro est compensé par l’État dans le budget des communes.
  • Hausse des minima sociaux : + 100 € pour le Minimum Vieillesse et l’Allocation Adulte Handicapé d’ici 2020.
  • Augmentation des salaires par la baisse des cotisations salariales = un13e mois pour les salariés autour du SMIC ; du pouvoir d’achat en plus pour tous les salariés.

Une école plus efficace et plus inclusive

  • Dédoublement des classes de CP dans les REP+ déjà opérationnel et demain dans les CP en REP et les CE1 de REP+.
  • Des temps d’études accompagnées proposés aux collégiens pour faire leurs devoirs, dans leur établissement.
  • 8 000 auxiliaires de vie scolaire (AVS) supplémentaires pour les enfants handicapés.

La sécurité pour tous au quotidien

  • La Police de Sécurité Quotidienne sera expérimentée dans plusieurs communes du 93 dès janvier 2018 ; la police nationale est déjà mieux équipée.
  • 10 000 créations de postes avec une priorité aux quartiers les plus en difficulté.

Le Président Macron à Clichy-Sous-Bois, des ambitions fortes pour la Politique de la Ville

  • Emplois francs : toute entreprise reçoit une prime de 15 000 € sur 3 ans pour l’embauche en CDI d’un habitant des Quartiers Politique de la Ville.
  • Nouvel outil de lutte contre les discriminations à l’emploi : testings massifs et publication de la liste des entreprises qui discriminent.
  • 10 milliards (au lieu de 5 milliards) pour accélérer la politique de Rénovation Urbaine.
  • Permis de conduire : un plan lancé fin 2018 permettra de financer pour tous les jeunes le code et le permis de conduire.
  • Maintien des délais pour la construction de la ligne de métro 16.